Voyage poussif de Dawei (Birmanie) à Siem Reap (Cambodge) :

Voyage poussif de Dawei (Birmanie) à Siem Reap (Cambodge) :

Alors ceux qui connaissent un peu l’Asie me diront « mais c’est bizarre ça comme trajet !! La Birmanie et le Cambodge n’ont pas de frontière commune !! » Oui, c’est vrai, mais comme nous n’avions pas prévu de rester en Thaïlande et que notre prochaine étape était le Cambodge où Marco avait un rdv gastronomique nous avions décidé de traverser la Thaïlande d’une traite sur une ligne presque droite Dawei – Bangkok – Siem Reap. Le nombre de kilomètre n’était finalement pas si élevé entre ces deux villes : 790km donc faisable en une journée !! La frontière Birmanie-Thaïlande que nous avions choisi de traverser cette fois était le poste de frontière Htee Khee à 148km de Dawei.

Pour revenir à notre étape précédente Emilio avait passé une nuit infernale ne pouvant passer une heure sans aller aux toilettes mais nous avons quand même décidé de partir pour notre long trajet en bus. Si son état empirait je préférai être à Bangkok ou Siem Reap qu’au sud de la Birmanie et puis tous nos billets étant déjà achetés, cela a fait pencher la balance. Nous avons demandé à notre premier chauffeur de bus de s’arrêter dans le premier magasin ouvert pour acheter des couches. Emilio était d’accord et nous lui avons mis une couche de grand pour qu’il puisse supporter le voyage sans inquiétude. Et là miracle ! A partir du moment où nous avons pris le bus sa gastro carabinée s’est arrêtée ! Comme si son corps avait compris qu’il fallait que ça s’arrête. Je dirais qu’il avait aussi été très bien soigné à base de smecta tiorfan et antibiotique ! Et la fièvre est tombée aussi. Il était raplapla mais a tenu le coup.

Je vous détaille notre voyage en bus car c’est un périple un peu inhabituel qui n’intéressera peut être que les routards ou tourdumondistes en quête d’informations mais nous même avons eu du mal à les avoir.

Pour faire Dawei – Siem Reap en presque 24h nous avions d’abord acheté dans une agence de Dawei le trajet Dawei – Bangkok (L’agence s’appelle « Hello Dawei », est tenue par Renato, un portugais installé là bas, très très sympathique, merci à lui). On savait qu’en passant par lui cela nous coûterai plus cher que de le faire en solo mais au vu de l’état d’Emilio nous ne souhaitions pas galèrer à chercher les bus. Il s’est occupé de nous réserver le van partagé qui va de Dawei à la frontière thaïlandaise puis le bus qui va de la frontière thaï à Kanchanaburi puis celui jusqu’à Bangkok. A posteriori nous sommes content d’être passé par lui et que toutes les correspondances aient été organisées mais après avoir fait le trajet on aurait vraiment pu le faire en indépendant. Tous les bus sont très simples à trouver et on aurait quand même économisé quelques euros.

Donc, il faut d’abord prendre un van ou taxi partagé ( il n’y a pas d’autre moyen) pour aller à la frontière ( il faut bien acheter son ticket jusqu’à la frontière thaï car il existe un nomansland entre les postes birmans et thaï d’environ 8 km ).

Nous nous sommes retrouvés sur la banquette avant du van à 4 sur 3 places et avec d’autres compères de voyage. C’était encore un trajet épique … on les collectionnent depuis le Nepal .. je crois qu’on a la poisse … Le trajet est de seulement 148km et habituellement il se fait en 5h.. nous avons mis 7h… Notre fameux van avait comment dire, du mal dans les montées … c’est dommage car pour arriver à la frontière il faut traverser un col. La route est bitumée sur la première heure et après c’est une sacrée route en terre. Pas de précipice cette fois-ci mais une voiture en surchauffe .. en montée le van n’avançait plus donc nous devions tous sortir, attendre que le moteur refroidisse et remonter dedans pour refaire quelques kilomètres puis rebelote.. à chaque restaurant de bord de route le chauffeur s’arrêtait pour mettre de l’eau pour refroidir le moteur. Pour certaines montées comme il n’arrivait pas à avancer il hélait le premier pickup qui passait par là, nous faisait tous monter dedans et nous récupérait en haut de la montée. C’est là que tu te dis que tu es en tour du monde, les autres voyageurs qui étaient avec nous étaient relax, il n’y a jamais eu d’énervement, no stress. Nous n’étions pas non plus trop stressés car nous avions de la marge sur notre planning de bus et Emilio semblait allait mieux. On a commencé à être moins souriant quand on s’est arrêté au milieu de bananeraies et qu’on a vu sortir un puis deux gars avec leur kalachnikov sur le dos en bandoulière … véridique ! On en a retrouvé un au restaurant où l’on s’est arrêté prendre un verre en chemin, il n’avait pas l’air de rigoler. Heureusement nous ne l’intéressions pas. Ce n’était pas le moment de sortir l’appareil photo. C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle cet article n’en a quasiment aucune. C’était juste pas très rassurant. La frontière Htee Khee a été ouverte il n’y a pas si longtemps et est censée être sécurisée.

 

img_3502
A gauche, le fameux van, lors d’une pause refroidissement..

 

Le van n’avançait tellement pas en montée que Marco avec un autre birman sortaient du van pour le pousser .. C’était tellement catastrophique qu’à 20km de la frontière il nous a fait monter dans un pickup pour finir la route. Nos affaires étaient restées dans son van, on espérait bien qu’il allait finir par arriver. Ce fut le cas. Les enfants ont été ravis d’être debout derrière dans le pickup. Quelle aventure!! et cela n’était que le début car il nous restait encore 3 bus à prendre…

 

img_3508img_3507

 

On est entré en Thaïlande sans problème et là on a aussi trouvé rapidement les bus allant à Kanchanaburi. Il y en a au moins un par heure. Évidement nous avions raté celui qu’on devait prendre. Au lieu de prendre celui de 14h nous avons pris celui de 16h. Arrivés à Kanchanaburi c’était très simple également et nous avons directement pris le bus de 18h, c’était dans la même gare routière, il fallait juste changer de quai. Il y a des bus qui partent tous les 15min pour Bangkok.

 

img_3510
Passage de frontière

 

Dans le bus pour Bangkok nous avons papoté avec deux françaises faisant un tour d’Asie et nous avons raté notre arrêt !! Nous sommes descendu à l’arrêt suivant, le terminus, et avons pris un taxi pour rejoindre le centre de Bangkok vers 21h.

Notre bus de nuit pour Siem Reap partait à 1h du matin non pas de la gare routière mais du centre ville. Nous sommes arrivés à Khao San Road avec nos sacs et nos enfants et là on s’est vite rendu compte qu’on était plus du tout dans le même délire qu’il y a plus de 10 ans quand nous étions venus en Thaïlande pour notre voyage de noce. Pour ceux qui connaissent Khao San Road c’est la rue des touristes backpackers mais aussi haut lieu de débauche. Nous étions habitués à la retenue en Birmanie tant d’un point de vue des tenues vestimentaires que du bruit. Là c’était presque irréel, musique à fond, bikinis rikikis, un monde de fou et surtout des sollicitations permanentes pour manger, boire, acheter des souvenirs, prendre un tuk tuk. On faisait un peu tâche avec enfants et sacs à dos. C’était raté pour trouver un endroit calme pour dîner. Notre principale inquiétude était de savoir d’où partait le bus de nuit car cela était très mal indiqué et nous avions trouvé des informations discordantes sur le site internet. Nous avons fini par aller à l’adresse indiquée sur le plan fourni avec les billets et là nous avons trouvé un bar indien qui avait installé sur la rue de grands canapés, ils mettaient des jeux à disposition et on s’est pris un petit cocktail en attendant le bus.

Dans le bus nous nous sommes vite endormis après cette longue journée épuisante.

 

img_3492

 

Nous avons été réveillé vers 7h pour le passage de frontière Thaïlande – Cambodge. On lit beaucoup de choses sur les passages de frontière avec le Cambodge et notamment sur les pots de vin qu’il faut donner à chaque agent. Le visa à faire sur place coûte officiellement 30$ mais à moins d’être très tenace et d’avoir le temps il faut lâcher 35$. Nous avons fait le choix de faire des e-visa qui coutaient 35$ mais au moins nous n’avons pas eu à parlementer avec les agents des frontières. Le trajet était super bien organisé par la compagnie de bus et nous avons été accompagné à chaque moment clé du passage de frontière (Travel Mart). Nous sommes arrivés trois heures après à Siem Reap vers 10h du matin où plusieurs tuktuk attendaient pour nous accompagner gratuitement à l’hôtel choisi.

Angkor nous voilà !!

2 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s