Le paradis des Toggian

Un paradis lointain :

Après avoir vadrouillé dans le Nord de la Sulawesi plus précisément autour de Manado nous sommes partis pour notre seconde étape très attendue: les Îles Toggian. La Sulawesi est une grande île d’Indonésie qui a une forme un peu spéciale. Les enfants trouvaient que ça ressemblait plutôt à un genre de crocodile avec une grande bouche ouverte. Et bien la première partie de notre voyage nous étions à l’extrémité nord-est ( sur la mâchoire du haut ) et pour la deuxième partie nous irons dans la gueule de la bête. Il existe en plein milieu un archipel appelé les îles Toggian.

Nombreux sont les blogueurs qui m’ont fait rêvé par leurs récits de cette partie de leur voyage décrivant cet endroit comme un petit paradis. L’inconvénient est la difficulté pour y accéder. Depuis l’île de Bunaken nous avons d’abord pris un bateau public pour retourner à Manado. Malgré le fait que le bateau était un peu enlisé au départ et que nous avons dû tous nous mettre d’un côté pour le faire pencher, la mer était calme et le trajet s’est bien passé. Arrivés à Manado nous devions nous rendre à Gorontalo pour prendre le ferry qui partait le lendemain soir. Arrivés à Manado vers 10h30 du matin il était trop tard pour prendre le bus public et nous avons opté pour l’option plus confortable d’une voiture privée. Cela se fait beaucoup en Indonésie et ne coûte pas si cher. Pour se rendre en voiture à Gorontalo on nous annonçait entre 6 et 10h de route .. Nous voilà donc bien installés dans notre voiture privée avec un chauffeur pas très souriant et c’est parti pour un très long trajet. Pour une fois le trajet s’est plutôt bien passé. Il n’y a pas eu d’effondrement de route ni de pluie torrentielle nous empêchant d’avancer. Le chauffeur a fait des pauses quand nous en avions besoin pour satisfaire les «  pipis!!!! » urgents d’Emilio. A une pause nous avons retrouvé le groupe de français croisé dans le bateau pour Bunaken eux-même dans une voiture privée pour la même destination. Nous sommes arrivés à Gorontalo vers 20h30 soit après environ 10h de route.

Nous avions réservé un hôtel d’une catégorie un peu supérieure à notre habitude surtout pour être sûrs d’avoir une bonne connexion wifi. Marco avait besoin de finaliser certaines tâches en rapport avec son restaurant et moi je voulais avancer sur le blog car nous avions pris pas mal de retard et les connexions wifi depuis notre arrivée étaient vraiment pourries. Dans les îles Toggian il n’y a pas de wifi ni de connexion au réseau téléphonique donc nous allions être coupé du monde pendant au moins une semaine il fallait anticiper. Le résultat c’est que même avec un meilleur hôtel la wifi ne marchait pas … ou très mal.

En arrivant à l’hôtel nous sommes illico sortis dîner. Notre hôtel se trouvait près d’un centre commercial avec un pizza hut. 😲 Et oui nous avons craqué ! C’est à dire que le régime riz-poisson c’est bon mais pas très varié et que nous avions une envie folle de mal bouffe.

Le jour suivant le ferry pour les îles Toggian partait à 17h. Nous avons donc fait travailler les enfants et fait quelques courses dans le supermarché d’en face. Nous sommes arrivés vers 15h30 à l’embarcadère pour prendre des places. En arrivant plusieurs personnes ( des employés du ferry ) nous ont proposé de réserver une cabine. Nous avons préféré réserver 4 places sur des « tatamis ». Sur le bateau nous avons retrouvé le groupe de français, ils étaient maintenant 5, très sympathiques et nos « tatamis » étaient tous les uns à coté des autres. Nous dormions dans un espèce d’énorme dortoir sur lequel on a loué un matelas (pas très épais) mais cela évitait de dormir sur une planche en bois. Nous avons filé au pont supérieur pour être à l’air libre parce que dans le dortoir il y avait aussi une télé avec le son à fond, des néons qui éblouissaient les yeux, des tas de gens qui fumaient et puis à 17h nous n’avions pas très envie de nous coucher.

2

3
Voici nos lits pour la nuit !

22

 

Nous avons pu voir la côte s’éloigner depuis le pont supérieur, admirer le coucher du soleil en mer, prendre un petit dîner acheté à l’avance en ville, papoter et jouer au Uno.

 

678

 

Vers 22h nous avons essayer d’aller dormir. La nuit fut rude, entre la chaleur, la fumée de cigarette, la lumière et le bruit .. seul Marco qui dort partout a réussi à ronfler. Bon, les enfants aussi ont plutôt bien dormi. Moi, j’avais du mal à trouver une position confortable et puis quand j’y arrivais d’autres nuisances extérieures m’en empêchait. Le ferry est arrivé à 4h45 à Wakai. Dès l’arrivée à quai de nombreuses personnes montent à bord pour proposer leur barque vers l’hotel choisi. Avec le groupe de français nous avons réussi à négocier un bateau pour 9 à bon prix. Sur l’archipel il y a de nombreuses îles et donc il est bon d’avoir une petite idée d’où on veut aller quand on arrive au port. Le choix se fait au feeling mais beaucoup par le bouche à oreille. Nous hésitions entre l’île de Malenge ou Bolilanga. Bolilanga est une toute petite île avec une belle plage et quelques bungalows. Elle a l’avantage d’avoir des spots de snorkelling directement en partant à la nage de la plage sans avoir à prendre de bateau. Surtout cette île nous a été recommandé par un couple de français rencontré à Siem Reap et puis nous aimons les petits paradis perdus isolés et calmes. Le trajet dans le petit bateau nous a mis dans l’ambiance du lieu : de nombreuses îles qui se succèdent, une eau turquoise, des coraux visibles du bateau et des villages de pêcheurs. Le bateau nous a donc déposé sur l’île de Bolilanga et nos autres compagnons de voyage ont poursuivi vers Malenge.

9
Lever du soleil à Wakai, à l’arrivée aux Toggian

10

Bolilanga :

J’avais réservé à l’avance en échangeant des messages sur whatsapp sans savoir avec qui. C’était un peu dérangeant car en arrivant personne n’était au courant de notre arrivée matinale. C’est dire comme ils sont déconnectés du continent. Nous avons débarqué sur l’île vers 7h du matin. Heureusement du fait de la basse saison des bungalows disponibles il y en avait pleins. Seul un était occupé par une allemande en vacances. On nous a préparé un bon petit déjeuner et nous avons pu enfin savourer notre arrivée après un si long trajet.

 

1413

Après s’être installé et avoir loué du matériel de snorkelling nous avons filé dans l’eau. Il faisait très beau pour ce premier jour et la lumière du soleil sur les coraux et les poissons rendait les couleurs splendides. L’île est petite et on peut en faire le tour à la nage par contre il y a des courants liés aux marées et nous n’avons pas pu en faire le tour avec les enfants. Les enfants ont joué sur la plage de sable blanc.

 

12
Bolilanga
28
Bolilanga

Après le déjeuner nous avons fait une bonne sieste pour ensuite retourner dans l’eau explorer les fonds marins. La lumière de fin de journée était superbe. Dans tous les hôtels des îles le prix de la chambre inclus la pension complète. C’est plutôt agréable de ne pas avoir à se préoccuper d’où aller se restaurer et les plats étaient variés et savoureux. Un autre groupe de quatre tchèques est arrivé mais au total nous étions 9 clients sur l’ile. Nous avions décidé de passer 3 nuits dans cet endroit merveilleux.

Comment décrire les merveilles sous l’eau? Un jardin de corail multicolore même les photos ne rendent pas les couleurs vues sous l’eau. Nous avons tous adoré passer des heures à regarder la vie sous marine. Anna et Emilio se sont vite fait à la respiration avec masque et tuba.

 

Les coraux étaient de toutes les couleurs et de formes très variées: arbres aux multiples ramifications, racines qui sortent de terre, certains ressemblaient à du gingembre, d’autres me faisait penser à un cerveau ou à des labyrinthes.

46

 

Nous avons vu d’énormes fumeroles, des anémones et éponges en tous genres. Nous pouvions accéder directement en partant de la plage aux récifs entourant l’île. Nous avons quand même fait une sortie vers le récif n°1. Il est situé en pleine mer où l’on voit apparaître d’un coup une maison sur pilotis sortie de nulle part et des fonds marins exceptionnels. Par rapport aux récifs autour de l’hôtel il y existait un tombant très riche en faune et flore sous marine.

 

Le personnel de l’hôtel était très gentil. Le bungalow dans lequel nous dormions était simple mais nous avions la chance d’avoir deux chambres côte à côte. Souvent les enfants se réveillaient tôt, vers 6h, avant nous. On retrouvait Anna en train de lire sur la terrasse face à la mer et Emilio jouant avec le sable sur la plage. Il y avait un ponton au bout de la plage de l’île où nous nous amusions à sauter en fin de journée quand la mer était haute en regardant le soleil se coucher.

21182726

 

Tout bonheur à une fin et nous devions quitter ce petit paradis après 3 jours d’une tranquillité incroyable. Le fait de n’avoir aucun réseau wifi ni téléphonique nous a obligé à flâner, se reposer, lire, apprendre à jouer aux échecs, au yam, à parler entre nous plutôt que d’être dans nos obligations de voyageurs ( blog, préparer l’étape d’après …). Le matin du 4ème jour nous étions prêts à partir à 9h attendant le bateau qui devait nous amener sur une autre île. A 11h le bateau n’était toujours pas là. Il y avait beaucoup plus de vent que les autres jours et des vagues commençaient à se former. Finalement nous n’avons pas pu partir. Le gérant de l’hôtel nous a dit qu’il était préférable d’attendre que la mer se calme. Nous étions plutôt d’accord avec lui et cela ne nous dérangeait pas de passer un jour de plus dans cet endroit merveilleux. Par contre nous avons essayé d’aller faire un peu de snorkelling mais du fait des remous on ne voyait pas grand chose. Marco arrivera quand même à voir une raie.

55

Nous passerons la journée à nous prélasser, à travailler les articles, les photos, les vidéos, l’école … Anna et Emilio ont passé des heures à jouer dans le sable. Le dernier soir, la marée est montée très haute, il y avait encore du vent et des vagues et nous n’étions pas sûrs de partir le lendemain. L’île de Bolilanga est toute petite et au milieu il n’y a qu’une langue de terre avec la plage et on a bien cru que la mer passerait par dessus.

 

59
Lever de soleil à Bolilanga le jour du départ

 

Poki Poki :

Le lendemain matin nous étions prêts à 6h du matin pour partir si le temps le permettait. Le propriétaire nous a conseillé de partir tôt pendant la basse mer avant que de grosses vagues ne se forment. Nous sommes partis guillerets mais j’ai senti le proprio pas très rassuré. Le trajet en bateau devait durer environ 2h30 .. nous avons mis 4h.. Nous avions prévu d’aller dans un autre hotel sur une autre île des Togian : le Poki Poki. Cet endroit nous rapprochait un peu de la suite de notre périple et il m’avait été fortement recommandé. Poki Poki, cela veut dire aubergine 🍆 en Indonésien.

Le début du trajet en bateau s’est bien passé. Nous avons pu voir avant de partir un magnifique lever de soleil. Au début nous passions entre des îles donc la mer n’était pas trop forte mais après avoir passé Wakai au large la mer était agitée avec des vagues et de la houle et je me sentais toute petite dans notre embarcation indonésienne. Pour faire ce genre de trajet entres les îles il n’y a pas de gros ferry. Le conducteur du bateau que nous avions déjà vu à plusieurs reprises était concentré et avait l’air de maîtriser son embarcation. On se prenait des paquets de flotte et heureusement que l’eau et l’air étaient chauds. Marco a réussi à s’endormir ( je me demande encore comment !!) et les enfants n’avaient pas l’air inquiets .. juste moi j’essayais de me détendre comme je pouvais. Au bout de presque 4h nous sommes arrivés face au Poki Poki. Notre embarcation avait du mal à arriver jusqu’au ponton de débarquement car il y avait des vagues et des récifs pas loin. Nous avons donc mis un peu de temps à débarquer et nous avions sur le ponton un sacré comité d’accueil. Tous les clients de l’hôtel étaient sur la jetée nous regardant avec des yeux ébahis !! L’hotel était plein car cela faisait deux jours que les clients ne pouvaient pas en partir à cause de la mer agitée. Ce même jour où nous sommes arrivés ils ne nous attendaient pas et ont été très surpris de nous voir arriver. David le gérant nous a dit que lui n’aurait pas fait partir ses bateaux … Dans les îles Toggian il n’y a pas de réseau sim ni de wifi. Nous n’avions eu aucun moyen de les contacter.

69

L’endroit était très accueillant et finalement nous avons pu avoir un chouette bungalow familial libéré dés notre arrivée par un couple qui a souhaité prendre notre bateau dans l’autre sens pour aller d’où nous venions. L’endroit est situé le long d’une plage déserte qui se découvre à marée basse et sur laquelle nous avons pu jouer au foot et au frisbee. Par contre du fait des conditions météo la baignade n’était pas très agréable car la mer ramenait pleins de feuilles et de branchages.

Nous sommes restés trois nuits au Poki Poki et nous avons tout simplement « chillé ». De l’anglais to chill cela signifie glander, ne rien faire, prendre du bon temps. Nous avons beaucoup bouquiné , joué , travaillé … les chambres étaient soignées et la cuisine savoureuse (l’avis de Marco sur la cuisine est plus mitigé). Il y avait de formidables hamacs pour se détendre.

6356

79

Bref, nous y étions bien. Le troisième jour nous avons pu faire une sortie snorkelling. Nous sommes allés sur un récif près de l’île de Taupan. Les fonds marins et le tombant étaient beaux mais moins fournis en coraux et poissons que les endroits précédents. Nous avons passé le reste de la journée à lire, nous baigner et faire des sauts depuis le ponton.

 

Pendant la journée est arrivé un groupe de 7 touristes. Le dîner était joyeux, nous avons eu droit à un verre d’alcool local offert par la maison et puis les lumières se sont éteintes et nous avons fêté l’anniversaire de David le gérant de l’hôtel avec un gros gâteau préparé par les cuisinières. C’était un gâteau à la banane qui était bon. Ici on était carrément en manque de dessert donc ce fut un vrai plaisir. Après le dîner ils ont préparé un grand feu sur la plage et les employés de David et Angie ont sortis leurs guitares et se sont mis à chanter. C’était un moment hors du temps, très très agréable. Nous avons passé la soirée à les écouter et je me suis endormie au son de la guitare.

3 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s