Canyon de Colca :

Juin 2019

Aaah on s’est bien pris la tête pour cette visite! J’ai lu beaucoup de blogs et notamment deux familles ayant fait ce trek avec des enfants me confirmant que c’était bien possible. Encore quelques jours avant, nous avons hésité à annuler le trek pour rester plus longtemps à Arequipa. Mais cela devait être le dernier grand trek de notre voyage alors on y est allé. Nous avons égrené les agences d’Arequipa qui proposaient toutes un peu la même chose et finalement un peu comme à notre habitude on s’est décidé pour faire tout tout seul !

Situé à 180 km au nord ouest d’Arequipa le canyon s’étire sur une centaine de kilomètres. Il est entouré de paysages montagneux arides au fond duquel coule le rio Colca. On peut faire un tour à la journée qui consiste à voir les principaux points de vue mais notre idée était plutôt de faire un trek. Le canyon est très profond et la randonnée prévue est difficile car il y a au moins deux journées avec plus de 1000m de dénivelé positif ou négatif dans les jambes.

Nous sommes partis en pleine nuit … réveil à 2h30 pour un bus qui partait du terminal terrestre à 3h30!! Oui comme on dit … ça pique !! Notre bus allait à Cabanaconde (point de départ du trek) en faisant une pause de 30 minutes à Chivay. Nous avons heureusement plus ou moins bien réussi à nous endormir dans le bus pour finir notre nuit. Arrivés à Chivay à 7h nous avons pris le petit dej puis le bus est reparti rempli de locaux, debouts dans les allées, pour Cabanaconde. Nous sommes arrivés là bas à 9h30 et le temps de s’organiser ( crème solaire, enlever et ranger les polaires, pipi, acheter les tickets de bus retour… ) nous avons débuté le trek à 10h. Franchement un peu tard mais sinon il fallait prendre le bus de 1h30 du matin ( ce qui aurait peut être été mieux … à voir… ).

Lors du chemin en bus nous sommes passés sans descendre devant le mirador de la Cruz del condor et là.. sans mentir il y avait des centaines de touristes, faisant la queue le long des rembardes.. pour voir l’envol des condors. C’était pas pour nous et cela nous a bien sûr conforté dans notre choix.

03
Allez ! c’est parti !

 

1er jour :

Donc, depuis Cabanaconde, vers 10h, nous voilà partant gaiement pour 4 à 5h de trek. Le soleil était au zénith mais il y avait de l’air ce qui faisait que nous n’avions pas trop chaud. Et là dès le début du trek c’était grandiose ! Nous pouvions admirer deux condors volant dans le ciel. Pour la première journée c’était de la descente ! Plus de 1000m de dénivelé négatif. Nous étions seuls ! Notre objectif était le petit hameau de Llahuar situé dans le fond du canyon.

01
Au départ de Cabanaconde

02

04
Très vite après quelques minutes de marche les paysages deviennent splendides

0506

Habituellement les groupes avec agences prennent plutôt une autre route en passant par San Juan chuchu c’est peut être pour ça qu’il n’y avait personne. Certaines descentes étaient difficiles avec des pierres qui roulaient à chaque pas manquant de nous faire tomber. Tout le long du trajet la vue était incroyable. Cela nous rappelait beaucoup le Népal, pas tant sur les paysages mais l’effort, porter un sac, être itinérant, quels bons souvenirs! Nous sommes arrivés non sans mal au fond du canyon les genoux et les cuisses en compote.

07091011

Après une pause nutritive, puis avoir traversé un petit pont nous pensions être presque arrivés mais il y avait encore une montée puis une descente pour arriver au hameau de Llahuar qui ont finit de nous achever!

131415161712

Après un petit village d’une dizaine de maisons maximum nous avons atteint le lieu où sont situés les hôtels. Il y en a 3 et tous les uns à côté des autres. Nous avons évité le premier, grand bâtiment bétonné sans charme pour aller à « la casa de Virginia » juste derrière. C’était un lieu très joli, de nombreux arbres fruitiers et quelques chambres dans la verdure. Il y avait partout une belle vue sur le canyon et les montagnes. Par contre notre hôte ne pouvait pas nous servir de déjeuner. Nous sommes donc allés nous restaurer dans l’hôtel bétonné d’à côté. Ils étaient aussi très gentils mais l’endroit était moins charmant.

19
Ça y est on est au fond du canyon !

 

Après ce ravitaillement nous avons filé aux sources chaudes. L’avantage de ce lieu était l’existence en contre bas de bassins remplis d’eau de source sortant de la montagne à 38ºC … quel bonheur ! Ce moment détente, au chaud face aux montagnes et loin de la foule. A tout casser nous étions 10 touristes dans ces lieux nous répartissant sur les trois hôtels. Nous y sommes restés jusqu’à la nuit tombée. Il était dur d’en arracher les enfants toujours pas crevés après notre réveil si matinal et les 4h30 de marche du matin … De retour à notre casa notre gentil hôte nous a préparé le dîner. Un habituel menu péruvien avec soupe de légumes puis cette fois ci un plat végétarien (mélange de légumes, pommes de terre et riz). Il n’avait pas de viande, les denrées sont précieuses vu que la seule route pour s’approvisionner est à 30-45min de marche en montée. Après une partie de dés endiablée à laquelle j’ai encore malencontreusement perdu, au dodo! Anna et Emilio se sont endormis en 2 minutes top chrono.

21
Casa de Virginia à Llahuar
22
Casa de Virginia à Llahuar
23
Vue de notre hôtel et en bas il y a des sources chaudes!
20
Casa de Virginia à Llahuar

24

2ème jour:

Au réveil nous avons senti la bonne odeur de beurre fondu… hum miam miam de grosses assiettes de pancakes sont arrivées à point pour notre petit déjeuner, avec une confiture maison délicieuse ce qui changeait des industrielles habituelles que l’on nous servait. Avec ça, des oranges et des mandarines cueillies dans les arbres du verger… nous étions aux anges.

26

Nous avons décollé du lieu à 8h30 direction l’oasis de Sangalle. La journée de marche a commencé dur avec deux heures de montée jusqu’au petit village de Belén. En sortant de Llahuar, à 9h pile, en récupérant la route nous avons vu passer le bus local qui monte jusqu’à Belén, et là grosse hésitation… non nous continuerons à pied. Le chemin pris jusqu’à Belén nous a enchanté. Tant par la vue, plus on monte plus on voit disparaître Llahuar au loin, que par la flore qui nous entourait. Le milieu était très aride et nous marchions au travers de nombreux cactus et notammment ceux que les mexicains appellent nopales. Nous avions déjà remarqué la veille les petits champignons blanc sur les cactus : la cochenille ! Marco a montré aux enfants qu’en écrasant ces petits boules blanches on obtenait une couleur rouge puissante utilisée depuis longtemps comme teinture et si précieuse ! Nous traversions au travers des avocatiers et figuiers et surtout une grande partie du chemin était encore à l’ombre ce qui était très agréable pour la montée.

27
Les quelques maisons du hameau de Llahuar

252930

31
Les nopales
32
La cochenille !!
33
Ce gros cactus ressemble fortement à de l’agave

34

Arrivés à Belén nous pensions que la montée était terminée. Que neni ! Nous avons récupéré la route en terre sur laquelle il n’y avait que très peu de trafic et ça continuait de monter monter… en pente plus douce mais on avait hâte que ça se termine. Finalement ça montait jusqu’au moment où l’on aperçoit l’autre vallée et notre point de chute du soir: l’oasis de Sangalle. Après une bonne pause où nous avons bien entamé nos stocks de fruits secs et biscuits nous avons entamé la descente.

353637

53

Pour cette fois nous avions bien organisé la rando. Une de mes plus grandes craintes en rando isolée est de manquer d’eau ou d’avoir faim. Nous avions fait le plein de bouteilles d’eau ( sans jamais avoir été en manque ! ) et vive le mini filtre qui nous a permis de remplir à volonté nos bouteilles, l’inconvénient c’est que ça pèse lourd dans les sacs les litres d’eau ..mais au moins on s’allège au fur et à mesure de la route. Et nous avions acheté au marché Arequipa des fruits secs, barres de céréales et biscuits. Pour la descente assez vite on a retrouvé un petit sentier, un peu abrupte au départ, qui descendait à travers les cactus.

55

3940

Nous nous sommes un peu égarés ne trouvant plus notre chemin puis arrivant à la dernière descente nous avons vu en contre bas : l’oasis de Sangalle. On comprend le nom donné, une tache de verdure dans le fond de la vallée, des cascades et quelques hôtels ayant tous une piscine.

54
L’oasis de Sangalle, vu de haut
52
L’oasis de Sangalle, vu de moins haut
41
L’oasis de Sangalle

4243

Ça ça a reboosté les enfants qui de haut ont pu choisir la plus belle piscine ! Ok on essayera d’y dormir!! Nous sommes arrivés sur les rotules. Le premier hôtel visité a été le bon ! C’était bien la piscine vue d’en haut et en plus le tarif était plus que correct ( 60 soles pour nous 4 =16€). Après un rapide déjeuner on a tous filé dans la piscine. L’eau était fraîche et cela n’a pas empêché Anna d’y rester plus d’une heure.

44

51

Les garçons sont allés voir le match ! Oui ! Le Pérou était en finale de la copa America, événement incroyable ici cela n’était pas arrivé depuis plus de 40 ans. Nous ne pensions pas pouvoir le voir depuis le fond du canyon mais la modernité a du bon, signal télé et wifi disponible jusqu’ici! Malheureusement pour tous les péruviens, ils se sont fait battre par leur adversaire le Brésil. Nous avons attendu le dîner servi trop tardivement pour nous (19h! 😆), heureusement c’était des spaghettis bolognaises nous sommes rapidement allés nous coucher songeant à ce qui nous attendait le lendemain.

3ème jour:

Réveil 4h30 ! Nous étions en train de monter nos premières marches à 5h00 pile-poil ! Au bout de presque un an on arrive quand même à être rapide et efficace. Ce matin-là nous attendait la montée de la mort et nous le savions et l’appréhendions, en ayant beaucoup entendu parler. En fait il faut remonter tout en haut du canyon, 1200m de dénivelé positif, que de la montée! Cette montée dure environ 3h et nous voulions débuter l’ascension à la fraîche bien avant le lever du soleil. C’est ainsi que courageusement avec nos frontales nous avons attaqué. Nous étions les premiers, pas de lumière au dessus de nous. Nous avons été suivi et vite rattrapé par un groupe de 3 (1 française, 1 canadienne et un anglais) que nous avions déjà rencontré à Llahuar. Et puis, c’est à peut près tout. Nous n’avions aucune idée du nombre de touristes ayant dormi à Sangalle. Dans notre hôtel nous étions une vingtaine mais il y avait au moins 4 autres hôtels. Après le lever du jour nous avons été rattrapé cette fois-ci par des mules. Celles-ci portaient des touristes ne souhaitant pas faire cette folle montée à pied. Elles ramassaient aussi les touristes en perdition. Tout cela n’a pas entamé d’un poil notre motivation bien au contraire ! Nous finirons à pied ! C’est au bout de 3h20 (en comptant les pauses) que nous sommes arrivés en haut et pas peu fiers ! Nos petits parisiens en ont impressionné plus d’un ! Les groupes ne nous ont pas rattrapé, ils étaient probablement partis plus tard. Nous avons vu le soleil se lever sur les montagnes leurs donnant des teintes roses. Ce n’est que la dernière demi heure, que nous avons faite au soleil, qui fut peut être la plus rude.

45
Lever du soleil
50
lever du soleil

464849

Franchement aucun regret nous avons adoré ce trek. Les enfants aussi nous ont dit avoir adoré ! Parfois on se demande si ce n’est pas pour nous faire plaisir mais je crois qu’ils étaient vraiment sincères. Nous n’avons même pas eu besoin de les pousser comme c’était le cas au début du TDM au Népal par exemple. Le fait de pouvoir se relaxer dans une source thermale ou une piscine les après-midi a probablement beaucoup joué aussi.

37
Voyez le chemin qui monte et bien c’est ça la montée de la mort du 3eme jour! et ça monte jusqu’en haut !

Arrivés à Cabanaconde vers 8h30 nous nous sommes installés sur la place centrale dans un restaurant très médiocre prendre un petit déjeuner en attendant notre bus. Nous sommes rentrés à Arequipa vers 18h.. il y avait des travaux puis des bouchons ce fut très long. Nous avons dîné près de la place centrale de 4 pizzas promises aux enfants depuis le matin. Cela fit l’affaire même si franchement elles n’étaient pas très bonnes.

 

Organisation, coûts et conseils :

Entrées dans le parc national du canyon de Colca : nous avons acheté les billets à l’office de tourisme située plaza de armas ( aucune agence du centre ville n’était capable de nous donner les bons tarifs enfants). Nous avons payé : 70 soles pour moi, 40 soles pour Marco considéré comme sud américain ( même si le Mexique n’est pas en Amérique du Sud mais on allait pas râler…) et 5 soles pour Anna (10ans) tarif pour les moins de 12 ans. Emilio (7 ans)n’a pas payé. Allez leur rendre visite ils sont de bien meilleur conseil que les agences.

Si vous voulez vous rendre par vous même à Cabanaconde allez directement au terminal terrestre la veille pour acheter les billets de bus. Cela nous a coûté 17 soles par personne l’aller. Donc 136 soles l’AR pour 4 (36€) ( memes tarifs pour les enfant)

Hôtels dans le canyon : Llahuar Casa de Virginia : 30€ pour 4 avec petit dej , Oasis de Sangalle : le 1er hotel trouvé en arrivant avec une belle piscine avec cascade ( nous n’avons jamais su le nom de cet hôtel) 60 soles pour 4 (16€), mais chambre triple.

Repas : menus péruviens entre 10 et 15 soles par personne. Pour les enfants nous prenions toujours un menu pour 2.

Pas eu besoin d’acheter d’eau car nous avions un filtre à eau.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s